La compréhension profondes des crises économiques

Les citations présentées ont pour objet d'éclairer les thèses défendues dans l'ouvrage, elles sont explicitées dans ce sens


Si vous voulez changer les comportements, changez les structures qui déterminent ces comportements. Frédéric Lordon

Cet ouvrage a pour objet de modifier profondément les structures afin de modifier les comportements.

L'économie mondiale tout entière repose aujourd'hui sur de gigantesques pyramides de dettes, prenant appui les unes sur les autres dans un équilibre fragile. Jamais dans le passé une pareille accumulation de promesses de payer ne s'était constatée. Jamais sans doute il n'est devenu plus difficile d'y faire face. Jamais sans doute une telle instabilité potentielle n'était apparue avec une telle menace d'un effondrement général. Maurice Allais

L'effondrement adviendra lorsque les personnes comprendront qu'ils n'auront pas les contreparties des dettes accumulées.

La propriété est le suicide de la société. La possession est dans le droit ; la propriété est contre le droit. Supprimez la propriété en conservant la possession; et, par cette seule modification dans le principe, vous changerez tout dans les lois, le gouvernement, l'économie, les institutions : vous chassez le mal de la terre. Pierre Joseph Proudhon

Incroyable lucidité de Proudhon (qui se reniera par la suite mais on lui pardonne) qui avait tout compris.

J'ai accompli l'œuvre que je m'étais proposée; la propriété est vaincue ; elle ne se relèvera jamais. Partout où sera lu et communiqué ce discours, là sera déposé un germe de mort pour la propriété : là, tôt ou tard, disparaîtront le privilège et la servitude ; au despotisme de la volonté succédera le règne raison. Quels sophismes, en effet, quelle obstination de préjugés tiendraient devant la simplicité de ces propositions. Pierre Joseph Proudhon

Et bien non, Proudhon s'est trompé, les hommes ne pouvaient pas renoncer à la domination des uns sur les autres.

La cause première des stagnations commerciales et industrielles est donc l'intérêt des capitaux, cet intérêt que toute l'antiquité s'est accordée à flétrir sous le nom d'usure, lorsqu'il sert à payer le prix de l'argent, mais que l'on n'a jamais osé condamner sous les dénominations de loyer, fermage ou bénéfice : comme si l'espèce des choses prêtées pouvait jamais légitimer le prix du prêt, le vol. Pierre Joseph Proudhon

Ce que nous appellerons le détournement de la contrepartie travail par un système tiers.

L’Union a pour but de promouvoir la paix, ses valeurs et le bien-être de ses peuples Article I.3 point 1 du Traité constitutionnel Européen (Traité de Rome 2004, non ratifié) L’Union offre à ses citoyens un espace de liberté, de sécurité, et de justice sans frontières intérieures et un marché intérieur où la concurrence est libre et non faussée. Article I.3 point 3 de ce même traité

La "concurence est libre et non faussée" est en contradiction totale avec "la paix" (guerre économique), "le bien être"" (le mal être), liberté (elle est où ?), "sécurité" (chômage)", "justice" (injustice), cherchez l'erreur....

La contradiction fondamentale du paysan, qui en tant que travailleur, un homme qui vit de son travail, est du côté de l’ouvrier […] mais en tant que propriétaire qui dispose d’un surplus de grain, est habitué à considérer ce surplus comme sa propriété qu’il peut vendre librement. Lénine

Hé oui diluer la contrepartie du travail individuel dans le collectif cela ne fonctionne pas. Ce n'est pas dans la nature humaine.

J’ai peur que nous ayons réveillé un géant endormi. Amiral japonais Yamamoto, responsable de l’attaque sur Pearl Harbour,
Et une nation qui, en 1934 ne pouvait pas produire de la nourriture pour la vendre, put tout d’un coup produire des bombes à envoyer gratuitement sur l’Allemagne et le Japon ! Pasteur Sheldon Emry

Paradoxale ? Pas tant que cela, lisez l'ouvrage et vous comprendrez !

Le mafieux est un animal économique qui a trouvé dans les sociétés de marché l’espace idéal pour ses appétits prédateurs […], la criminalisation du monde va bon train. Jean François Gayraud

Triste réalité, sans autre commentaire.

Le monde a heurté un iceberg en 2008, et depuis il coule lentement. L'argent qui a été injecté dans le système fait que le naufrage est plus long qu'il ne devrait. Egon von Greyerz

Mais le bateau coule quant même...

On mesure le degré d’hégémonie d’un système à sa disposition à persévérer dans l’erreur, plus l’histoire donna raison aux détracteurs du néolibéralisme, plus ses apôtres affirmèrent la nécessité On mesure d’en étendre l’emprise. Le Monde Diplomatique

Errare humanum est, perseverare diabolicum.

Cessons de nous ruiner pour sauver les riches Nous ne pouvons pas continuer à transférer la richesse de la nation à ceux qui sont au sommet de la pyramide économique - ce que nous avons fait depuis environ trente ans - tout en espérant qu’un jour, peut-être, les avantages de ce transfert se manifesteront sous la forme d’emplois stables et d’une amélioration des conditions de vie de millions de familles qui luttent pour y arriver chaque jour. Cet argent n’atteindra jamais le bas de la pyramide. C’est un conte de fées. Nous sommes fous de continuer à y croire. Bob Herbert, éditorialiste au New York Times

Les riches ne redistribuent pas leur richesses, ils ne font pas preuve d'altruisme ? Mince alors, c'est pas bien.... Si vous voulez changer les comportements, changez les structures qui déterminent ces comportements. Frédéric Lordon

Il n’y a aucun moyen d’éviter l’effondrement final d’un boom provoqué par une expansion du crédit. L’alternative est de savoir si la crise doit arriver plus tôt, par l’abandon volontaire d’une expansion supplémentaire du crédit, ou plus tardivement, comme une catastrophe finale et totale du système monétaire affecté. Ludwig von Mises

On a choisit "plus tardivement", mais plus dure sera la chute...


Et si chaque propriétaire est majesté souveraine dans la sphère de sa propriété, roi inviolable dans toute l'étendue de son domaine, comment un gouvernement de propriétaires ne serait-il pas un chaos et une confusion ? Pierre Joseph Proudhon

C'est (presque) la conclusion...


Dans la mesure où la lumière de l’esprit et la chaleur d’âme s’éteindront, rien ne subsistera que l’envie banale de profiter sur terre des biens matériels. Cependant, l’activité ingénieuse de l’intellect s’avère insuffisamment prévoyante, lorsqu’elle n’est plus guidée par l’esprit. L’intellect rétrograde avec la multiplication insensée des désirs vers l’exaltation imaginative et son aveuglement affectif. La perversion des sentiments qui en résultent poussera les hommes à se disputer haineusement les biens matériels et fera ainsi régner la destruction. Paul Diel

Là ce n'est plus de l'économie...mais le sujet de mon prochain Wiki...


La compréhension profondes des crises économiques